Chancellerie du Comté du Poitou

Forum issu du Jeu des Royaumes Renaissants

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mandats de Ventreachoux - Octobre 1459 / Janvier 1460

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kinmar.
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 8
Comté/Duché : Poitou
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Mandats de Ventreachoux - Octobre 1459 / Janvier 1460   Mer 11 Jan - 20:57

Mandat de Sa Grandeur Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou du 23 Septembre 1459 au 21 Novembre 1459

Citation :


Poitevines, Poitevins,

En notre premier jour de règne, nous, Ventreachoux de Beaupin l'Azenay, Comte du Poitou, tenons à vous remercier de votre confiance.
A peine au pouvoir, nous avons déjà à déplorer les attaques de plusieurs armées sur notre bonne ville de La Trémouille : la première fut victorieusement repoussée, avec de lourdes pertes des deux côtés ; la deuxième, hélas, a enfoncé nos défenses.
Mais nous n'avons pas dit notre dernier mot. Nous ne pouvons ni ne devons lâcher prise. De notre victoire sortira la liberté pour le Royaume de France, dans le respect des valeurs qui sont les nôtres. De défaite, il n'est pas question : le Royaume deviendrait un conglomérat de conjurés voulant toujours plus de pouvoir, écrasant les comtés qui osent redresser la tête et ne veulent pas lécher les pieds d'une Reyne impitoyable et sans honneur.

Poitevines, Poitevins,
Je compte sur vous pour repousser encore et toujours l'envahisseur. Rejoignez nos unités de défenses pour protéger vos fermes, nos mines, nos villes, nos églises et même nos tavernes. Montrez qu'un Poitevin sait résister. Que vos voix crient à l'unisson que nous ne nous laisserons pas faire et que personne ne vaincra le Poitou !
Pour défendre Poitiers, contactez dame Lanie.
Pour le reste du Poitou, contactez le commandant de votre ville ou le comte Baillant.
Aux armes, tous !
Poitevin devant, jamais ne se rend !

Fait au château de Poitiers, le 26 septembre 1459
Ventreachoux, comte du Poitou


Citation :


Poitevines, Poitevins

N'écoutez pas les voix de nos ennemis : ceux-ci vont chercher à vous démobiliser et vous demander de vous soumettre à l'autorité royale. Attention : il n'y a pas que des étrangers à vous demander cela.
Il serait particulièrement amusant, si ce n'était aussi pitoyable, de constater que Fayom, le pire rebelle du Poitou face à l'autorité comtale, plusieurs fois accusé de trahison et de haute trahison, se proclame le champion loyal de la Reyne et vous invite à déposer les armes lors même qu'il a participé à l'attaque contre la Trémouille !

Ne soyez pas dupes, n'écoutez pas les vrais traîtres à leur comté !

Poitevines, Poitevins, résistez à ces voix de sirènes qui vous entraîneront vers les écueils du renoncement et du défaitisme.

Fait au château de Poitiers, le 26 septembre 1459
Ventreachoux, Comte du Poitou


Citation :


Poitevin devant jamais ne se rend !

A tous icelieu et à venir, qu'il plaise d'ouïr,

En raison de la guerre dans notre Comté, nous, Ventreachoux de Beaupin l'Azenay, Comte du Poitou, déclarons renforcer encore d'un cran la fermeture totale de nos frontières à compter de ce jour, pour tous les étrangers hors Ponant.

Cela se traduit par l’obligation de demander, AVANT d’entrer en Poitou, par quelque passage que ce soit, l’autorisation du Prévôt, dame Crisolde.
Pour les téméraires qui tenteraient de passer sans attendre, nos armées se verront dans l'obligation de punir de mort (poutrage) toute infraction sans possibilité de réclamation ultérieure.

Poitiers, capitale du Poitou est toujours fermée et interdite à tout étranger.

L’installation sur l’ensemble du sol Poitevin est toujours interdite à tous, pendant toute la durée du conflit.


Enfin, il est ordonné à tout étranger, hors membres du Ponant, n'ayant pas ou plus de de laissez-passer valide de quitter le territoire poitevin sous 48 heures par le chemin le plus court, sous peine d'être mis en ennemi et abattu par nos armées.

Fait au château de Poitiers, ce 27 septembre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Azenay,
Comte du Poitou



Citation :


Poitevin devant jamais ne se rend !

A tous icelieu et à venir, qu'il plaise d'ouïr,

En raison d'un certain nombre de candidatures illégales aux élections municipales de Thouars, nous, Ventreachoux de Beaupin l'Azenay, Comte du Poitou, faisons savoir que nous avons demandé à messire Cyphus Garion, comte de Châtellerault, de se présenter, même s'il est déjà fort occupé par ailleurs.
Que les Thouarsais veuillent bien excuser par avance messire Cyphus s'il ne s'occupe que des priorités liées à cette tâche et n'exigent pas de lui d'animations auxquelles ils pouvaient être habitués de sa part.

Fait au château de Poitiers, ce 27 septembre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Azenay,
Comte du Poitou



Citation :


Au Commandant de l'armée Royale,
Au peuple de la Trémouille,


Votre ville a été prise par les armées de Nebisa, malgré nos efforts de résistance à l'oppression parisienne.

Ventreachoux, Comte légitime du Poitou élu par son peuple, ne laissera pas impuni cette infamie. La Trémouille n'a pas été abandonnée comme le dit la propagande honteuse, car il s'agissait de ne point sacrifier des soldats et civils encore debout, face à de nombreuses armées.

Rien n'est perdu, vaillants poitevins, demain le Poitou et le Ponant relèveront la tête et vengeront l'infamie de celle qui fait tout pour nous détruire. Levez-vous et contactez le Conseil Comtal, continuez la lutte pour ceux déjà engagés, afin de participer à la grande bataille pour notre liberté !

Poitevin devant, jamais ne se rend !

Faict à Poitiers, le vingt huitième jour de l'an mil quatre cent cinquante neuf.

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, Comte de La Roche Sur Yon, Seigneur de Rocheservière, Seigneur de Grosbreuil.


Citation :


Poitevin devant jamais ne se rend !

A tous icelieu et à venir, qu'il plaise d'ouïr,

Cette nuit, les combats ont fait rage aux pieds des remparts de Poitiers : cinq armées royales se sont lancées à l'assaut de nos tours. Mal leur en a pris : elles ont été farouchement repoussées par nos armées et celles de nos alliés berrichons et bretons.
Les pertes considérables que les armées royalistes ont essuyés lors de cette grande bataille nous démontrent bien que l'envahisseur n'est pas aussi puissant qu'il ne le prétend.

Poitiers, capitale du Poitou, est donc toujours intacte et ne passera pas ville franche, qu'on se le dise jusqu'aux confins du Royaume et de la Terre !

Nous remercions nos alliés et nos fidèles Poitevins qui, malgré les sacrifices et les pertes irréparables dans les rangs, font toujours preuve de la plus féroce détermination !
Toutes nos pensées et notre compassion vont aux habitants de La Trémouille que nous espérons débarrasser d'ici peu du joug de l'oppression et redonner à la ville son statut de ville du Poitou.

Nous adressons nos félicitations toute particulière à ceux qui ont eus raison de l'altesse royale Armoria et de ses désinformations publique.

Faict à poitiers le premier jour d'octobre de l'an mil quatre cent cinquante neuf.

Ventreachoux de Beaupin l'Azenay,
Comte du Poitou


Citation :


Poitevin devant jamais ne se rend !

A tous icelieu et à venir, qu'il plaise d'ouïr,

En raison du nombre impressionnant de dossiers de présence illégale à traiter et afin d'aider dans sa tâche le procureur, messire Brisson. , nous, Ventreachoux de Beaupin l'Azenay, nommons en ce jour dame Allydou de Maillezais au poste d'adjointe du procureur : ses fonctions prennent effet immédiatement.

Fait au château de Poitiers, ce 5 octobre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Azenay,
Comte du Poitou



Citation :


Poitevin devant jamais ne se rend !

Poitevines, Poitevins

Je sais que vous pensez que le conflit s'éternise et que nous n'avançons pas dans sa résolution. C'est une erreur ! Les armées ennemies jouent au chat et à la souris avec nos armées : avançant un jour, reculant le lendemain, mais la liste de leurs pertes s'allonge et l'espoir doit nous soutenir, encore et toujours.
Les Poitevins qui vous défendent vous font confiance : ne les décevez pas !
Si vous ne défendez pas, produisez et contactez messire Xavix, notre CAC, afin que nous puissions nourrir les femmes et les hommes qui se dévouent sous les drapeaux de nos armées.
Concernant la ville de La Trémouille, je tiens à saluer le courage et l'abnégation de messire Bbnem qui avait repris la ville ainsi que des Trémouillois qui se sont sacrifiés pour défendre leur ville redevenue poitevine. Hélas, leur détermination n'a pas suffi et les armées ennemies en ont repris le contrôle momentanément et l'ont de nouveau rendue ville franche. Sachez que cela ne sera ni oublié, ni pardonné !

Je vous prédis une victoire rapide, mais pour cela, nous avons besoin de vous tous, que vous produisiez nos ressources, que vous défendiez nos villes ou que vous attaquiez ceux qui foulent sans vergogne notre sol. Soyez ce ferment de liberté et de fierté qui nous pousse à nous dépasser ! Puisse le Très-Haut nous prêter sa force contre la tyrannie et la manipulation d'opinion.

Fait au château de Poitiers, ce 16 octobre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay,
Comte du Poitou



Citation :


Poitevines, Poitevins,

Moi, Ventreachoux, Comte du Poitou, tiens à exprimer ma gratitude et ma fierté de voir mon peuple tenir tous les fronts alors que celle qui est sensée être la Reine de France tente de nous écraser comme de la vermine. Chaque jour, j'entends sur les terres poitevines ou ailleurs que le courage poitevin n'est pas un vain mot.

- Alors que notre capitale résiste encore et encore aux assauts de nombreuses armées ennemies qui n'espèrent que nous voler les richesses qui appartiennent aux Poitevins ;
- Alors qu'en Touraine les armées alliées, dans lesquelles de nombreux Poitevins sont engagés, ont repoussé et détruit les armées pro-Nebisiennes avec force et panache, créant une véritable déroute ;
- Alors que de nombreux Poitevins s'entraident par tous les moyens : production à bas prix, défense des villes et de la capitale, renfort de nos troupes ;

je demande encore une fois que les Poitevins se mobilisent ! Poitiers doit tenir ! Il en va de notre salut et de notre liberté !
Pour Poitiers, contactez Dame Lanie ou notre prévôt Dame Crisolde.
Pour Niort et La Rochelle, contactez Anagor.
Pour Saintes et Thouars, contactez Datan.
Pour la Trémouille, contactez Davor.

Sans une forte mobilisation de tous, si Poitiers tombe, nos ennemis ne se gêneront pas pour vider nos marchés, lancer des procès non justifiés, laisser nos mines s'écrouler engendrant ainsi un coût exorbitant pour les réhabiliter, et bien entendu, comme ils l'ont fait ailleurs, ils lanceront des impôts élevés et réguliers.

Au nom de tous ceux déjà tombés et plus que jamais, qu'il soit su de tous que
Poitevin devant, jamais ne se rend !

Fait au château de Poitiers, ce 27 octobre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay,
Comte du Poitou



Citation :


Messire Gauvhin,

J'ai lu avec attention votre missive concernant la proposition de négociation faite à la province du Poitou par les grands officiers royaux.Tout d'abord, afin de ne point me montrer au peuple françoys comme supérieur aux royalistes, je vais donc me rabaisser à leur niveau et user des mêmes armes qu'eux, c'est à dire utiliser un intermédiaire bien que je désapprouve cette méthode. Mais puisque aucun d'entre eux n'a le courage de s'adresser directement à moi et qu'ils sont maîtres en matière de brailler des mensonges plutôt que d'affronter les hommes de face, faisons ainsi.

Je relis la proposition de paix qui m'a été faite afin de ne point avoir de malentendus sur celle-ci.

Dans le but d'une ouverture, les grands officiers se demandent pourquoi le Poitou doit rester au Ponant ?

Pour l'arrêt des combats sur le Poitou, il nous faut :

- faire une missive à la Reyne Nebisa dans laquelle j'indique que, si les armées cessent d'attaquer, je retire le Poitou du Ponant dès le lendemain.

- Que j'autorise une armée à entrer dans Poitiers, pour montrer ma bonne volonté et que je prête allégeance.

Alors, au premier abord, j'appelle ça une une reddition plutôt qu'une négociation sur un traité de paix. Dans ce cas précis, je vais faire exactement la même proposition au Duc de Touraine et à celui du Bourbonnais Auvergne. Que leurs armées cessent d'attaquer, qu'ils renoncent à la guerre et fassent entrer une armée ponantaise dans leurs murs pour montrer leur bonne volonté. Force vous serait d'avouer que leur réaction seraient des plus véhémentes.

Deuxième point, je vais leur rafraîchir brièvement la mémoire puisqu'ils ne comprennent toujours pas pourquoi le Ponant existe et que le Poitou en a même été l'un des précurseurs. Si la Couronne n'avait pas abandonné le Poitou, si la Couronne n'avait pas refusé à chaque fois, sans donner de raison valable, les candidats poitevins pour que le Poitou soit représenté équitablement à la Pairie, si la Couronne n'avait pas tardé à rembourser sa dette de guerre vieille de quatre ans, aujourd'hui le Ponant n'existerait peut-être pas.Dette qui bizarrement a vu son niveau curieusement être rabaisser et que le royaume a tout fait pour minimiser l'impact du Poitou lors de la guerre alors que celui-ci a été l'un des plus ardents partisans a être impliquer.

Et pour clore le sujet, pour ce qui est de prêter allégeance : faudrait commencer par dire à celle qui se prétend Reyne, puisqu'elle n'a point encore reçu les Saintes Huiles, de pousser son volumineux postérieur de derrière la porte de la Salle du Trône, car ça en bloque l'ouverture. Je lui promets de faire allégeance en la fessant en place publique lors de la victoire ponantaise sur toutes ses forces armées. Elle serait fort étonnée d'entendre que le claquement des fessées fassent des airs si mélodieux.

J'en ai fini de ma réponse pour les grands officiers.Vous avez l'autorisation de publier cette présente missive.

Respectueusement,

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay,
Comte du Poitou,
Comte de La Roche Sur Yon,
Seigneur de Rocheservière, Seigneur de Grosbreuil.


Citation :


Poitevines, Poitevins,

Libération ! Voilà ce que je vous promets, et très vite !
Fêtons déjà deux belles victoires !

Au nom de tout le Poitou, je tiens à remercier et à féliciter les défenseurs de La Trémouille qui ont pulvérisé, sans trop de dommages de notre côté, l'armée limousine venue pour annexer la ville. Nos voisins belliqueux sauront encore plus que : Poitevin devant jamais ne se rend !

Devant notre capitale, là encore, les Poitevins, avec l'aide de leurs alliés, ont prouvé que défendre son comté n'est pas un vain mot. Trois armées ont été repoussées, les blessés et les morts adverses jonchent les fossés de la ville.

Encore un petit effort et nous aurons gagné, nous serons enfin débarrassés de nos envahisseurs !

La victoire n'est plus qu'une question de jours : aussi, je vous demande de continuer l'effort considérable qu'on vous a demandé de fournir depuis des mois, poursuivez votre mobilisation, j'ai confiance en vous.

Fait au château de Poitiers, ce 2 novembre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay,
Comte du Poitou





Citation :


Poitevines, Poitevins,

Suite à nos victoires armées, je vous informe au nom du Conseil que nous allons rouvrir la mine d'or de Poitiers dès demain matin ainsi que celle de pierres de Niort.
Par contre, la mine d'or de La Rochelle sera fermée pour favoriser celle de Niort qui se trouve très près (même nœud) afin que nous ayons les pierres dont nous avons besoin.

Comptant sur votre compréhension, je vous souhaite bon courage pour remplir nos mines qui nous permettent de garder un budget relativement équilibré malgré ces temps difficiles.

Fait au château de Poitiers, ce 2 novembre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay,
Comte du Poitou



Citation :


Poitevin devant jamais ne se rend !

A tous icelieu et à venir, qu'il plaise d'ouïr,

Nous, ventreachoux, rappelons à Tous les points suivant du décret sur le commerce et de la coutume poitevine:

- Toute personne étrangère au Poitou doit obligatoirement demander une autorisation au maire de la ville avant de mettre quoi que ce soit en vente sur un marché poitevin. (Art. 1 du décret comtal: Le commerce en Poitou )

- Le commerce du fer et du bois sont réglementés et réservés aux artisans poitevins qui en ont le besoin.

- Extraits de la coutume concernant l'escroquerie:

a.Toute transaction abusive de produits sur un marché poitevin sera considérée comme escroquerie.
b.Tout acte susceptible d'apporter un bénéfice injuste pourra être considéré comme un acte d'escroquerie.
c.Tout acte de nature spéculative constitue un acte d'escroquerie.
d.Tout achat de marchandise au prix minimum est interdit sans l'accord du vendeur.


La prévotée traquera tout contrevenant à ces lois et ils seront poursuivis systématiquement devant le tribunal. Comme punition de leurs crimes, les peines les plus sévères seront encourues. La justice sera intransigeante face aux pilleurs de marchés et aux profiteurs. Tout tentative d'escroquerie faite par un étranger Hors-Ponant sera considéré comme un acte de guerre et traité comme tel. Les interceptions de marchandises destinées à l'ennemi seront considérées comme prise de guerre et ne seront pas passible de poursuites, sous condition d'être remise au comté.

Nous demandons à tout poitevin victime ou témoin de malversations et d'opérations frauduleuse sur nos marchés de les signaler à la prévôté.

Fait au château de Poitiers, ce 7 novembre de l’an de grâce 1459.

Ventreachoux de Beaupin l'Azenay,
Comte du Poitou




Citation :


écret comtal: Les taxes comtales

I. Des taxes sur les salaires.
Le comté prélève une taxe en pourcentage des salaires proposés lors des embauches pour les travail aux champs. Ce taux fixé à 4 % ce jour, pourra être réajusté suviant les besoins du comté, et suivant le type d'emploi.

II. Des taxes sur les échanges commerciaux.
Une taxe su les transactions commerciales sur les marchés Poitevins est instaurée. Cette taxe sera un pourcentage du prix de vente, encaissé directement par le comté sur chaque transaction. Le taux de taxe appliqué peut être différent pour chaque produit suivant s'il est de première nécessité, ou produit non vital. Ce taux pourra être réajusté pour chaque produit suivant les besoins économiques et stratégiques du comté.

III. Des impots fonciers.
Les impots fonciers qui étaient préalablement prélevés par les mairies puis reversés en grande partie au comté, ne seront plus prélevés par le comté dès lors que les ajustements sur les taxes sur les salaires et les marchés permettront d'équilibrer le budget. L'impot foncier deviendra donc un impot uniquement municipal.

Fait à Poitiers, le septième jour de Novembre mil quatre cent cinquante-neuf,
Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou.




Citation :


Trémouilloises, Trémouillois, Poitevines, Poitevins, Ponantaises et Ponantais,

Il y a un mois et demi, lors de ma prise de pouvoir à la tête du Poitou, notre bonne ville de La Trémouille tombait aux mains des royalistes. Après avoir supporté les insolences des chiens galeux et, en particulier, celles du chef de meute, le bâtard Alexandre Demessy, j'avais dans un courrier personnel adressé aux villageois trémouillois apporté le soutien du Poitou et avais fait en mon nom la promesse de libérer La Trémouille. Depuis hier, en date du neuf novembre de l'an mil quatre cent cinquante-neuf, j'ai honoré ma promesse puisque La Trémouille est redevenue poitevine et ce pour l'éternité. Le temps fut long mais nécessaire afin de réussir pleinement notre stratégie élaborée. Cette grande victoire n'est pas mienne ni même poitevine. Cette victoire, elle est vôtre, à vous Trémouillois, Poitevins et Ponantais et jamais personne n'ira vous la voler.
La victoire finale avance à grand pas, aussi, je vous demande de continuer l'effort considérable qu'on vous a demandé de fournir depuis des mois, poursuivez votre mobilisation, j'ai confiance en vous.

Poitevin devant jamais ne se rend !

Fait à Poitiers, le dixième jour de Novembre mil quatre cent cinquante-neuf,
Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou.

Citation :


Nous, Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou avons décidé l'augmentation des salaires. Cette mesure est devenue nécessaire suite à la mise en activité des taxes sur salaires afin de garantir à chaque employé le salaire net minimum de 15 écus net et de se mettre ainsi en conformité avec le coutumier poitevin.

Salaire brut:
16 écus minimum: Aucune caractéristique
19 écus minimum: 1 à 10 caractéristiques
21 écus minimum: Plus de 10 caractéristiques

Salaire net perçu:
15.36 écus minimum: Aucune caractéristique
18.24 écus minimum: 1 à 10 caractéristiques
20.16 écus minimum: Plus de 10 caractéristiques

Cette hausse de salaire n'est applicable uniquement que pour les offres d'embauches sur les champs.

Cet amendement prendra effet le douzième jour de novembre de l'an mil quatre cent cinquante-neuf,

Fait à Poitiers, le onzième jour de Novembre de l'an mil quatre cent cinquante-neuf,
Sa Grandeur Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinmar.
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 8
Comté/Duché : Poitou
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Mandats de Ventreachoux - Octobre 1459 / Janvier 1460   Mer 11 Jan - 21:00

Mandat de Sa Grandeur Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou du 22 Novembre 1459 au 21 Janvier 1460

Citation :





hères Poitevines, Chers Poitevins.

Une nouvelle fois par votre vote, vous avez signifié votre vœu de rester libres !
Vous avez signifié à celle qui se dit Reyne que vous ne voulez pas de sa dictature et désirez conserver notre alliance avec le Ponant !
Outre la victoire d'une liste derrière un comte, c'est avant tout votre victoire et celle du Poitou !

Les traitres qui se sont ligués pour tenter de donner notre Comté à la despote, ceux là même qui n'ont pas hésité à nourrir l'ennemi et pire, tuer ou blesser mortellement des Poitevins ! Place n'est point en Conseil Comtal aux traitres ! Ces vils cul terreux pourront pique-niquer devant notre castel si tel est leur désir, mais jurons que portes leur sera close et n'auront aucun moyens de trahir plus encore votre province tant que moi Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay règne en noms des poitevins.


Nous, Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, avons constaté les faits suivant:

  • La Couronne ne nous reconnait pas.
  • Le CA a décidé de ne pas reconnaitre nos jugements.
  • Les provinces asservies à la reine refusent d'honorer les traités judiciaires. Préférant laisser les brigands impunis. ( cas du Lyonnais )

Donc, nous tirons les conclusions et déclarons officiellement afin d'être en conformité avec notre coutumier:

  • Nous ne considérons aucun droit à la CA ou tout autre institution royale d'intervenir dans le système judiciaire poitevin.
  • Rappelons que la justice est rendu au nom du Comte sur les terres du Poitou et par lui seul.
  • Que le comte reste donc le garant de l'expression de la justice et qu'il délègue ce pouvoir au juge. En conséquence, les jugements émis sont valables et le seront, sur les terres du Poitou.
  • Que tout condamné refusant de s'y soumettre, devra en assumer les conséquences.

De notre article premier du coutumier poitevin :
  • I - Du Comté du Poitou, A. Des statuts du Comté, 1-Du Poitou et du Roy !

Cette article est donc suspendu provisoirement tant que le Poitou ne sera point retourné dans le giron du Royaume de France.

La guerre que nous a déclarée celle qui porte si mal la couronne de France, impose chaque jour et depuis trop longtemps restrictions et déboires au peuple du Poitou grâce à l'aide des opportunistes chiens de sa quiche royale.

Fiers Soldats de l'OST, fiers légionnaires, fiers Poitevins !
Aujourd'hui à nouveau, le Comté est menacé et la sécurité autour de notre capitale doit être renforcée.
Les frontières de Saintes, de La Trémouille, de Thouars et les portes du château sont menacées. La Touraine est tombée, l'Orléanais aussi ! Mais dans un dernier soubresaut de fierté mal placée, les chiens de la tête couronnée tentent une nouvelle offensive et plus que jamais nous devons nous mobiliser pour les anéantir définitivement !

Conscient des efforts de la grande majorité du peuple, des ponantais, du simple gueux au noble en passant par les militaires, j'en appelle à vous encore une fois à défendre unis derrière votre étendard, celui du Poitou libre, et dans un seul cri venant du cœur :

Poitevin devant, jamais ne se rend !

Fiers Poitevins !
Merci de votre soutien sans faille.
Merci pour la résistance organisée.
Merci de continuer à aider le comté et ses armées.

A Poitiers, Le vingt cinquième jour de novembre de l'an de grâce MCLDIX :
Kiriell de la Rose Noire, Seigneur de l'Aiguillon sur mer, porte-parole, a rédigé;
Ventreachoux de Beaupin l'Aizena, Comte du Poitou, souverain en ses terres, de sa signature et de son sceau a ratifié.



Citation :





hères Poitevines, Chers Poitevins.

Nous, Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, démentons formellement le communiqué paru sur un torchon populaire indiquant la volonté d’indépendance du Poitou. Si certains écrits ont été considérés comme tel, il n'en est rien. On ne fonde pas des rumeurs sur des interprétations.

L'on ne reconnait pas le comte du Poitou, on ne reconnait pas le pouvoir poitevin.
De ce fait le pouvoir poitevin, le seul, le vrai, celui issu des urnes ne reconnait pas cette Reyne, son pouvoir royal et ses institutions.
Le Poitou reconnait la France, le Poitou à foi en une Reyne juste, à l'écoute.


Poitevin devant, jamais ne se rend !

A Poitiers, Le vingt sept novembre de l'an de grâce MCLDIX :
Kinmar., porte-parole intérimaire, a rédigé;
Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, souverain en ses terres, de sa signature et de son sceau a ratifié.



Citation :




hères Poitevines, Chers Poitevins.

Soucieux du bien être et à l'écoute de mon peuple, Nous, Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, et les conseillers comtaux, avons décidé de revenir à l'ancien impôt comtal. Ces nouvelles mesures prises dernièrement, avec les taxes sur les produits, vous pénalisaient énormément et le but est de vous faciliter votre vie quotidienne. Nous tenons à rappeler que les impôts et taxes prélevés servent entre autres à financer nos soldats, maréchaux, miliciens, policiers, mineurs etc ... et non dans le but de remplir les caisses du Comté ou de vous appauvrir pour notre bon plaisir. Les taxes actuelles portant sur toutes les denrées utilisées par la population seront purement annulées à l'exception des produits d'import qui eux resteront taxés à hauteur de 5 %. La taxe portant sur les salaires sera également conservée.

  • Impôt comtal calculé au minimum sera prélevé deux fois par mois (par le biais d'impôts municipaux comme auparavant) en fin de première et seconde quinzaine du mois.
  • Taxe sur les salaires à 4 % conservée.
  • Taxe de 5 % sur les produits importés.


La nouvelle perception comtale prendra effet à compter du seizième jour de décembre de l'an mil quatre cent cinquante neuf.

Poitevin devant, jamais ne se rend !

A Poitiers, Le quinze décembre de l'an de grâce MCLDIX :
Kinmar, Porte-parole, a rédigé;
Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, Comte de La Roche Sur Yon, Seigneur de Rocheservière, Seigneur de Grosbreuil, souverain en ses terres, de sa signature et de son sceau a ratifié.



Citation :





hères Poitevines, Chers Poitevins.

Nous, Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, annonçons la démission du sire Kiriell de la Rose Noire, seigneur de l'aiguillon sur mer de son poste de Porte Parole et Conseiller Comtal pour raison familiale. Nous le remercions pour sa contribution au sein de Conseil.
Nous souhaitons la bienvenue à Dame Alida qui le remplace au sein du Conseil Comtal. Elle est donc nommée Connétable du Poitou en remplacement du sire Kinmar. qui lui remplace sire Kiriell au poste de Porte Parole.

Voici un rappel de la composition du Conseil Comtal :

Comte du Poitou : Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay

Porte-parole : Kinmar.
Chancelier: Xedar d'Esnandes
Recteur: Stephane
Intendante: Lanie de Beaulieu sous la Roche

Pôle économique :

Commissaire au commerce : Xavix de Beaurepaire
Bailli : Lanie de Beaulieu sous la Roche

Pôle judiciaire :

Prévôt des maréchaux : Allydou de Maillezais
Procureur : Brisson.
Juge : Han__solo

Pôle militaire :

Capitaine : Baillant de Mauléon
Connétable : Alida

Poitevin devant, jamais ne se rend !

A Poitiers, Le vingt trois décembre de l'an de grâce MCLDIX :
Kinmar., Porte-parole, a rédigé;
Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, Comte de La Roche Sur Yon, Seigneur de Rocheservière, Seigneur de Grosbreuil, souverain en ses terres, de sa signature et de son sceau a ratifié.



Citation :


Nous Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou et ses conseillers comtaux vous présente leurs voeux pour l'année 1460.

Nous vous souhaitons une année remplie de ces petits bonheurs quotidiens qui font les joies de la vie et permettent, à qui sait les prendre, de savourer l'existence à sa juste valeur.
Une année s'est écoulée, une autre frappe à la porte avec ses lendemains à découvrir ensemble.
Profitons de ce jour d'espoir pour nous souhaiter de vivre à nouveau en paix dans le royaume de France.
Rêvons d'un monde ou un peuple en paix effacerait toutes les douleurs.
Pansons nos blessures et nos déchirures, sourions aux injures du temps jadis et mettons nous a rêver de voir cesser se répandre violences et intolérences pour ne laisser place à l'élégance et la magnificience.
Réveillons nous un matin et rendons nous compte que ce rêve n'est pas si lointain.

A Poitiers, Le deuxième jour de l'an mil quatre cent soixante.




Citation :


oitevins, Poitevines, Oyez, Oyez !


Une fois n'est pas coutume, en cette nouvelle année, vostre conseil a prit de bonnes résolutions ! Communiquer !


Entre guerre et paix !

Ce mandat comtal a encore été placé sous le signe de la guerre... Cette guerre a monopolisé les énergies de tout le peuple du Poitou, mais aussi de l'ensemble du conseil comtal légitime afin de faire perdurer le prestige, la grandeur et la liberté du Poitou au travers du Royaume. Pour chacun de nous et de nos alliés, les mois difficiles que nous avons passé l'ont été pour de nobles causes : LA DÉFENSE DE NOTRE LIBERTÉ et LA DÉFENSE DE NOS TERRES ! Hier comme aujourd'hui, et aujourd'hui comme demain, nous Poitevins avons prouvé et prouverons encore s'il le faut que nous sommes forts, fidèles, solidaires et que Poitevin Jamais ne se rend face à l'envahisseur avide de sang !

Aujourd'hui l'heure est à la trêve. La trêve n'est pas encore la paix, mais le Poitou par sa grandeur Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay travaille de tout son poids et c'est dire que c'est beaucoup, à la signature d'une paix durable avec le Royaume de France sous la bienveillance de la Sainte Eglise Aristolécienne, mais veille très minutieusement que cette signature de paix le soit dans le respect des valeurs et de la liberté que nous avons défendu brillamment durant tout ces mois de guerre fratricide.

Nous avons à ce jour bon espoir, de part et d'autre il existe des troublions qui aimeraient que la guerre reprenne, mais de part et d'autre il y a des personnes censées et conscientes que cette guerre a suffisamment durée et que seule la discussion et la négociation peut mener nos peuples à retrouver la vie paisible qu'ils méritent.
Encore une fois, le Poitou et son comte vous remercie, vous Poitevins et alliés, pour ces très longs mois passés loin de chez vous à vous battre. Restons mobilisés et prêts à défendre nos terres si jamais la trêve était rompue contre toute attente, mais soyons confiants en l'avenir !

Passez à la caisse : quel bonheur...

Ces deux mandats ont été l'occasion de la mise en place des nouvelles taxes sur les salaires et les marchés. La taxe sur les marchés n'a pas convaincu ni le conseil, ni la population. Une jolie marche arrière a été engagée pour supprimer cette taxe sur les marchés afin de redynamiser le commerce en berne durant la guerre, et revenir à un impôt foncier allégé. Espérons que cette méthode mixant savamment la maigre taxe sur les salaires, la taxe sur les produits de luxe et d'importation, et l’impôt foncier par quinzaine, convienne à la majorité et permette de ficeler les comptes, ce qui semble être le cas depuis ce nouvel ajustement.
L’impôt foncier a été fixé à 3.5 écu par champs et 7 écus par échoppe, ceci les 1er et 16 de chaque mois. Les maires sont autorisés à rajouter à ce prélèvement une part qui revienne aux mairies, mais ont devoir d'en informer clairement leurs administrés.
Les maires bien entendu ont été invités à effacer les intérêts de retard des impôts des soldats n'ayant pas pu les payer dans les délais car loin de chez eux durant les combats.

Maman les p'tits bateaux qui vont sur l'eau...

Avis aux amateurs de grandes aventures et du grand large !
Le comté vous propose à la vente des bateaux d'occasion, en parfait état de marche... ou de navigation peut être ! Ces bateaux sont proposés à des prix très compétitifs sous certaines conditions.
Vous êtes intéressé ? Faites vous connaitre auprès du comte ou de son CAC préféré !

Les pôles font le point !

Coté justice... Des procès ont été suspendus le temps des négociations de paix, d'autres ont suivi leur cours normal, et enfin certains ont obtenu grâce comtale au vu de la trêve. Le pôle judiciaire n'a pas chômé et n'a pas eu la vie facile, se devant de faire appliquer la loi y compris en temps de troubles.
Coté bonnes nouvelles, venez féliciter les policiers pour leurs promotions, policiers qui travaillent chaque jour à la sécurité et le respect des lois.
Coté moins bonnes nouvelles, la merveilleuse prévôt Allydou recherche activement de nouveaux volontaires pour la police de Saintes et La Rochelle qui manque cruellement de personnes !

Coté connétablie... le stock d'armes a été l'un des points ultra sensible de ces derniers mois, mais grâce au travail de chacun, à la générosité des artisans volontaires, à la patience des connétables successifs, les stocks ont tenu bon et nos soldats quand ils n'étaient pas éloignés de notre comté, ont été à peu près tous servi quand leurs armes ont été perdues durant les combats. C'est aussi grâce à cela que le Poitou est encore debout !
Des efforts restent encore à faire par nos chers forgerons pour que nos stocks d'épées retrouvent leur niveau normal et indispensables pour répondre à toute urgence militaire.

Coté armées... remercions nos chers soldats, qu'ils soient de l'Ost, qu'ils soient de la légion, qu'ils soient des amis étrangers qui se sont proposés à notre aide, mais encore et surtout qu'ils soient de simples poitevins ayant accepté de prendre les armes pour une bouchée de pain par jour ! Le Poitou à toujours brillé par sa solide armée et une fois de plus les envahisseurs ont compris que le Poitevin ne se rendait pas et combattra pour sa défense jusqu'au dernier espoir !

Coté économie... il serait mentir que de dire que ces derniers mois ont été profitables à l'économie et la richesse du comté. La guerre a couté cher, très cher ! Mais grâce à une gestion rigoureuse, grâce à l'effort de chacun, grâce aux dons et aux prêts, le comté a pu tenir le choc et maintenir l'économie du Poitou. Son prestige est resté intact et les impôts n'ont jamais été augmentés, voir durant plusieurs mois ils ont été minorés voir supprimés parfois pour ne pas encore puiser dans les réserves de nos vaillants combattants sur le front ! C'est avec plaisir que nous pouvons vous affirmer aujourd'hui que la santé financière du comté est tout à fait honorable et respectable !
Un gros effort de tous est encore important afin que nos marchés retrouvent leur vitalité et leur chalandise d'avant guerre, mais c'est sur la bonne voix grâce au travail des maires, la participation active des producteurs et l'aide du comté.

Nous adressons nos sincères félicitations à messire Anagor pour son accession par les urnes au poste de maire de Niort, et lui adressons tout nos vœux de réussite dans sa lourde tache pour redonner vie à la ville de Niort, l'ambiance et la sérénité qu'elle mérite et qu'elle avait perdu durant ces longs mois ! Le comté fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider messire Anagor à redresser les finances et rétablir enfin une étroite collaboration et travail en commun pour le bien de tous les habitants de Niort, ville Poitevine !

Poitevin devant, Jamais ne se rend !

Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, Comte de La Roche Sur Yon, Seigneur de Rocheservière, Seigneur de Grosbreuil, souverain en ses terres, de sa signature et de son sceau a ratifié.
Au château de Poitiers le 7ème jour de l'an de grâce mil quatre cent soixante, MCDLX.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinmar.
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 8
Comté/Duché : Poitou
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Mandats de Ventreachoux - Octobre 1459 / Janvier 1460   Dim 22 Jan - 22:05

Citation :


oitevins, Poitevines, Oyez, Oyez !


Voici le bilan de fin de mandat de Nous, Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou.

Durant ces deux mois, peu de grands projets ont été lancés car la priorité fut le redressement du Comté et de ses villes après une longue et épuisante période de guerre.

L'équipe économique, composée principalement de Dame Lanie de Beaulieu sous la Roche et de Messire Xavix de Beaurepaire ont travaillé d'arrache-pied pour permettre de rester un comté économiquement fort comme ce fut toujours le cas par le passé. En liaison étroite avec les maires des villes poitevines et les acteurs économique du Comté, nous ne pouvons que les remercier et les féliciter de leur travail rigoureux.

L'équipe judiciaire et sécurité du Poitou, composée de Dame Allydou de Maillezais, Messire Brisson. ainsi que Messire Han__solo ont fait de leur possible pour la sécurité des Poitevins ainsi que rendre la justice quand il le fallait. En cette période de trêve, cela fut délicat concernant les procès, risquant à tout moment de compromettre l'accord actuel, et leur communication entre eux et au sein du conseil comtal a fait que tout c'est bien passé.

L'équipe du pôle militaire a dû préparer chaque jour une possible reprise de guerre, certes non souhaitée mais à prendre en considération face aux différentes actions des partisans à la reprise de guerre qui venait fragiliser la trêve. Messire Baillant de Mauléon en tant que Capitaine, Dame Alida ainsi que Messire Kinmar., ayant tous deux pris la charge de la connétablie ont travaillé en étroite collaboration avec les responsables militaires ainsi que nos soldats.

Tout le conseil mais aussi et surtout les responsables diplomatiques ont fait en sorte que cette guerre cesse, que la trêve soit prolongée en vue d'un accord de paix. Leur patience et leur persévérance dans nos idées et nos conditions ont permis ce résultat Ô combien important pour l'avenir de notre Comté.

Quand à mon règne long de quatre mois dans une période de guerre a aguerrit mon expérience et m'a ouvert les yeux sur les réalités du monde. Certes la communication a été très restreinte mais dans un but volontaire, celui de protéger au mieux les poitevins. Je me suis même remis en question songeant que j'avais tort de voir partout des âmes malveillante trahir sa province et nuire au pouvoir poitevin comme ce fut le cas avec une interprétation d'une des annonces déformée et rapporter dans un canard sulfureux. Aussi ai-je tenté une désinformation par courrier sur cinq poitevins que je considérais comme intègre. J'avais vu juste puisque à peine une heure que mon courrier fut envoyé, il avait atterrit dans les mains de la Reyne avec des passages supprimés faisant de cette missive un pli extrêmement corrosif.

De ce mandat, j'en garderais un souvenir inoubliable. J'ai été admiratif et fier de vous voir, vous, Poitevin combattre les forces royalistes et soutenir nos idées pour la grandeur de votre Poitou. Il ne me reste plus qu'à vous dire adieu mes chers poitevins et m'en retourner au musée.

Poitevin devant, Jamais ne se rend !

A Poitiers le vingt deuxième jour de l'an de grâce mil quatre cent soixante, MCDLX.
Kinmar., Porte-parole, a rédigé;
Ventreachoux de Beaupin l'Aizenay, Comte du Poitou, Comte de La Roche Sur Yon, Seigneur de Rocheservière, Seigneur de Grosbreuil, souverain en ses terres, de sa signature et de son sceau a ratifié.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mandats de Ventreachoux - Octobre 1459 / Janvier 1460   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mandats de Ventreachoux - Octobre 1459 / Janvier 1460
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Planning du 9 au 15 janvier 1460
» Catherine[TOP]Révolte et prise de la mairie - Varennes - nuit du 17 au 18 janvier 1460
» Rapports du Conseil Comtal sous le règle de Prunille de Cianfarano (août 1459 - octobre 1459)
» [4 Octobre 1459] Est-ce que les curés portent des colliers ?
» Planning du 16 au 22 Janvier 1460

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chancellerie du Comté du Poitou :: HALL D'INFORMATIONS :: Annonce Comtale-
Sauter vers: